Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;} Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;}

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14è Festival du Film Coréen à Paris, et j'y étais ! N°6 : Kim-Gun, documentaire

festival,cinéma,Corée,documentaire,18Mai,1980

Synopsis du dossier du festival

Qui est le jeune homme armé sur cette photographie emblématique du soulèvement populaire de Gwangju ? En 2015, le politicien conservateur JEE Man‑won, analyses faciales à l'appui, affirme qu'il s'agissait d'un agent nord‑coréen mandaté pour inciter à la violence contre le gouvernement dictatorial sud-coréen. Les survivants n'acceptent pas cette théorie du complot ; une témoin des événements de mai 1980 croit d’ailleurs y reconnaître Kim‑gun, un simple sans abri vivant sous un pont de Gwangju. 

festival,cinéma,Corée,documentaire,18Mai,1980

Si j’ai voulu voir ce documentaire, c’est pour deux raisons : la première, c’est le film « mai 18 », vu il y a déjà des années, avant même d'avoir visité la ville de Gwangju, parce qu’il y a Lee Jun Ki et qui m’a fait découvrir les terribles évènements du soulèvement populaire de Gwangju, ayant abouti peu après à la chute du gouvernement de l'ancien général Chun Doo Whan et à l'arrivée de la démocratie en Corée du Sud.

festival,cinéma,Corée,documentaire,18Mai,1980


La seconde raison, c’est l’angle d’attaque très particulier de ce documentaire, qui ne raconte pas simplement les faits historiques mais, en se fondant sur l’action du Général d’extrême-droite Jee Man Won, fait revivre l’évènement à travers les souvenirs des survivants, et une enquête journalistique extrêmement sérieuse.

festival,cinéma,Corée,documentaire,18Mai,1980


Tout a commencé lors de la cérémonie d’ouverture des archives de ce soulèvement, en mai 2015. « Mais c’est Kim Gun » s’exclame avec surprise Ju Ok à la vue de cette photo, montrant un jeune homme sur un camion, armé d’un fusil mitrailleur.

Elle avait l’habitude de distribuer des boules de riz à ses voisins pendant les évènements. Le réalisateur Kang SangWoo,qui la connaissait depuis qu’il collectait des images de la révolte en 2014, s’intéresse à cette photo et retrouve le nom du photographe de l’époque ainsi que la date : 20/22 mai 1980.


C’est alors que le général Ji Man Won entre en scène, certifiant que Kim-gun n’est autre qu’un agent nord-coréen infiltré pour pousser les étudiants à la révolte. Il prétend même qu’il y en avait 600, et se sert de prétendues reconnaissances faciales pour affirmer qu’il a reconnu Kim-gun dans un Ministre du gouvernement de la Corée du Nord

festival,cinéma,Corée,documentaire,18Mai,1980


Kang Sang Woo va alors entreprendre une minutieuse enquête parmi les survivants, avec un travail de fourmi pour mettre un nom sur les personnages des très nombreuses photos des évènements.

festival,cinéma,Corée,documentaire,18Mai,1980

festival,cinéma,Corée,documentaire,18Mai,1980

festival,cinéma,Corée,documentaire,18Mai,1980

Au cours du documentaire, on arrive peu à peu à circonscrire un groupe de quelques personnes qui à qui Kim Gun appartenait. Certains se reconnaissent dans le groupe.


Les questions demeurent : qu’est-il devenu ? Malgré la publication cette photo il ne s’est jamais manifesté, il n’y aucune trace de lui, il semble avoir disparu. Il pourrait avoir appartenu à un groupe de sans-abris, plus ou moins dealers, vivant sous les ponts. Cela confirme-t-il la thèse du Général ? Ou a-t-il été exécuté d’une balle dans la tête à la suite d’une arrestation comme de nombreux autres acteurs de la Milice Citoyenne, ce que laisse entendre les témoignages d'un groupe de survivants ?


A travers cette enquête, et les souvenirs des survivants, on partage l’horreur d’une répression sanglante et terrible, et les images de cette jeunesse - ils avaient tous entre 20 et30 ans -nous brisent le cœur.

festival,cinéma,Corée,documentaire,18Mai,1980

festival,cinéma,Corée,documentaire,18Mai,1980

On n’oubliera pas ce visage, devenu le symbole de l’arrivée de la démocratie en Corée du Sud.

A partir de 2017, la commémoration de cet évènement a repris l’ampleur que le gouvernement conservateur lui avait confisquée et les paroles de « la marche pour les bien-aimés » ont à nouveau retenti, chantées par tous, officiels et public compris.

festival,cinéma,Corée,documentaire,18Mai,1980

La Marche pour les bien-aimés.

« Ne laissant derrière nous ni l’amour, ni la gloire, ni nos noms,
Nous nous sommes engagés à marcher ensemble pour le reste de notre vie.
Nos camarades ne peuvent être retrouvés, mais notre bannière flotte toujours.
Nous nous battrons jusqu’à ce qu’un nouveau jour arrive.
Le temps passe, mais les montagnes et les ruisseaux se souviennent
du cri ardent de ceux qui sont réveillés,
Je vais de l’avant, alors suivez-moi, vous qui vivez,
Je vais de l’avant, alors suivez-moi, vous qui vivez. »

festival,cinéma,Corée,documentaire,18Mai,1980

Cimetière et monument commémoratif de Mai 1980

Né à Séoul en 1983, Kang Sang Woo  n'avait aucune connaissance de Gwangju avant de réaliser le documentaire. Pour lui, les événements de mai 1980 étaient un «mouvement démocratique de la taxidermie».(?)

"C’est vrai que j’ai eu du mal à comprendre le récit des générations précédentes du 18 mai et toute leur indignation", a-t-il admis.

"Pendant que je tournais le film, ces pensées ont changé"

«Cela m'a brisé le cœur de voir combien d'anciens membres de la milice citoyenne luttaient. Mais en dehors de Gwangju, les gens ont toujours tendance à les considérer comme des "rebelles", vous savez ? Je voulais utiliser les propres voix des membres de la milice pour aider les jeunes gens comme moi à voir le 18 mai avec un esprit ouvert. "

Entendre ces témoins survivants encore brisés par leurs épreuves trente ans après ne s'oubliera pas facilement !

 

Écrire un commentaire

Optionnel