Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;} Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;}

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2016

2013 Fushimi Inari Taïsha

Je n’avais pas eu le temps en 2012 mais là je n’allais pas le rater : le Fushimi Inari Taisha. Fushimi, en fait c’est un village qui est devenu ville et qui se trouve maintenant inclus dans Kyoto. En 711 un sanctuaire Shintô y fut bâti (par le clan Hata immigrant d’origine coréenne)pour honorer Inari, kami (divinité) des moissons, du commerce et en général des affaires. Inutile de dire qu’elle est abondamment consultée et priée et qu’on lui offre pas mal d’offrandes !

Avec ALJ, on a toujours pas mal de temps pour soi, et avec deux amis du groupe nous sommes allés visiter ce lieu magique.
Dès la sortie de la gare, la rue qui y mène est sous l’emblème du sanctuaire : le torii rouge.

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Car ce qui fait la célébrité de ce sanctuaire, maintenant le plus grand du Japon, ce sont ces torii !
C’est en fait le symbole de la porte entre le monde spirituel et le monde temporel, mais c’est aussi le moyen choisi ici pour faire une offrande et remercier le kami en payant pour en installer un à son nom, ou à celui de sa société ! Il y a aussi les tablettes de bois gravées (d’un prix plus abordables) qui ont le même but : remercier Inari tout en faisant sa publicité !

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Cette couleur vermillon est caractéristique du sanctuaire, et on la retrouve aussi à Yasaka à Kyoto.
Le kitsune (renard) est l’animal fétiche d’Inari, son compagnon et son messager. Il est aussi un animal magique dans la mythologie japonaise, réputé pour pouvoir prendre forme humaine souvent pour jouer de vilains tours !
 Il tient dans sa gueule soit la clé du grenier à riz…

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

…soit une gerbe de riz…

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

...ou une boule porte bonheur, ou un rouleau de parchemin.
Signe de la grande importance d’Inari, le nombre incroyable de torii qui jalonnent les sentiers de la colline du sanctuaire ! C’est d’ailleurs ce qui en fait sa renommée, et qui le fait figurer sur toute bonne publicité des voyages au Japon, avec le grand torii de Miyajima.

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Nous sommes à Kyoto, les demoiselles en kimono sont assez nombreuses et celle-ci se prête gentiment à la photo ! Si ça se trouve c’est une chinoise déguisée, car on peut faire ça, louer un costume et se balader avec !

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Kitsune avec boule…

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Ce carrefour de ces deux allées de torii est extrêmement fréquenté mais au fur et à mesure que l’on gravit les sentiers, il y a de moins en moins de touriste !

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Heureusement nous ne pouvons pas lire le japonais, donc on apprécie seulement la beauté des kanjis noirs sur ce fond vermillon, parce qu’il paraît qu’en fait ce sont les noms des entreprises qui ont payé pour les faire poser, faisant en quelque sorte leur publicité !

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Si vous voulez vous en offrir un, voici les prix (en octobre 2013) et les différences de taille !

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Ce kitsune tient un bâton, lui !

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

La montée commence à devenir sérieuse !

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Les sentiers serpentent dans les bois, c’est très agréable, surtout qu’il n’y a presque personne maintenant !

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Au premier plan de vieux torii tout délavés (parfois ils sont même déracinés) et derrière l’échafaudage pour en installer un nouveau.

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Plus on monte plus on découvre comme un grand cimetière fait de milliers de petits autels plus ou moins à l’abandon, certainement lieu où une famille a dû déposer ses cendres… l’atmosphère est particulière, magique…

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fleurs inconnues…

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Escaliers, encore et encore… On monte tranquillement, c’est une balade qu’il faut faire à son rythme pour en apprécier toute la saveur !
Un palier, avec la vue sur Kyoto dans sa vallée :

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Mais ce n’est pas encore haut de la colline, d’ailleurs rien ne le distingue sauf le fait qu’ensuite on redescend !

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

La nuit les lanternes s’allument… ce doit être un spectacle saisissant !

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Une fontaine de purification, avec un katana et un étrange motif de sculpture :

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Toujours le renard, ici dans une étrange position !

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Nous sommes redescendus, et en bas vers une sortie secondaire se trouve un temple confucianiste sur lequel je ne sais rien !

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Fushimi Inari Taisha,Kyoto,Torii,

Cette balade faite avec deux amis du groupe, en prenant notre temps fut un moment parfait ! j’en rêvais, de ce lieu, et je suis si heureuse de pouvoir m’en souvenir et me dire : je l’ai fait !

 

 

 

24/11/2016

2013, Pluie et vent au Nokogiriyama...

Lors de mon premier séjour en 2012 je l’avais manquée, mais cette fois je ne voulais pas rater cette excursion, proposée par ALJ, surtout parce qu’il y avait d’abord la traversée de la baie de Tokyo en bateau, et moi, dès qu’on peut aller sur l’eau, j’arrive !
Donc dès le matin : le train pour Kurihama/Yokohama de l’autre côté de la baie.
Nos deux guides Takato est Kenji :

 

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Mais le maître mot c’est « par beau temps «  ! Malheureusement ce ne fut pas le cas dès le départ en bateau ! Il pleuvait, le vent était fort et le ciel bien bas !

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Dès la sortie du port il faut s’abriter !

Nokogiriyama

En arrivant c’est l’heure de déjeuner, et les menus étaient tous extraordinairement tentants et… délicieux !

le mien Sashimi et soupe miso :

Nokogiriyama

Là je ne sais plus :

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Nouilles et tempura :

Nokogiriyama

Tonkatsu :

P1070615.jpg

C'était si chouette que j'ai photographié tous les menus !

Sur l’esplanade du port la Cloche des Amoureux ! Il paraît que si on est célibataire et qu’on va sonner la cloche on se marie dans l’année…

Nokogiriyama

Nous l’avons fait….

Nokogiriyama

et c’est tout faux !! XD

Quelques images du port de Kanaya :

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Un sanctuaire shintô :

Nokogiriyama

les sentiers qui permettent de grimper à pied :

Nokogiriyama

Mais nous avons pris le téléphérique !

Nokogiriyama

La plateforme d’arrivée offrait une vue sur le port qui aurait été belle « par beau temps » !!

Nokogiriyama

Nokogiriyama

On continue par des sentiers en escaliers dans la nature et la brume, dans un paysage onirique et mystérieux !

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Les sentiers sont « ornés » de belles toiles d’araignées…

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Kanpai :
Nous sommes dans le Kenkonzan Nihon-ji, un gigantesque complexe bouddhiste dans la montagne, qui contient tous les points d'intérêt de la visite de Nokogiriyama.

Cela commence par cette sculpture immense (30,3 mètres) et très impressionnante de la déesse Hyakushaku-Kannon, gravée dans la roche. L'ambiance est majestueuse, comme si l'on découvrait la relique d'une civilisation éteinte, alors que sa construction remonte à quelques décennies.

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Juste derrière se trouve ce point de vue situé sur un morceau de roche avancé dans le vide à 380 mètres au-dessus du niveau de la mer, justement appelé Jigoku-nozoki (qui signifie "un coup d'œil vers l'enfer" !).
Malheureusement nous étions dans les nuages !

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Et alors là grosse déception ! On a signalé à nos guides que si nous voulions redescendre par le téléphérique il fallait y aller de suite, parce qu’il allait fermer à cause du vent ! Donc nous n’avons pas pu aller jusqu’au grand Bouddha, le plus grand du Japon(31 m) avant celui de Kamakura(13 m) et de Nara(18 m), taillé dans le granit de la montagne, ni les mille cinq cents statues Rakan (disciples de Bouddha), chacune au visage unique censé véhiculer la bienveillance. Toutes ont été sculptées par le maître-artisan Jingorô Eirei Ôno et ses 27 moines apprentis entre 1779 et 1798.
Mais j’ai trouvé ce site où il y a toutes les photos :
http://www.road2japan.fr/voyages/2014/road-2-japan-2014-day-05-a-la-rencontre-du-plus-grand-buddha-du-japon.html
 et je me suis permis d’en extraire trois :

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Nokogiriyama

Sur le port petite station à la Cloche des amoureux, devant le soleil couchant :

Nokogiriyama

Bien qu’à moitié ratée cette balade était quand même passionnante, et comme bizarrement elle est assez peu connue, nous étions les seuls touristes ! Enfin c’était en 2013, aujourd’hui… peut-être plus !

 

20/11/2016

Japon 2013 Shinjuku Gyoen

Les 58 hectares du parc de Shinjuku sont une véritable oasis de calme et de verdure dans le quartier si électrique de Shinjuku.Cet immeuble, qui domine la voie ferrée, que l’on voit aussi depuis le nord du Meiji jingu assez proche, domine égale le Shinjuku Gyoen.

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Kanpaï :
https://www.kanpai.fr/tokyo/shinjuku-gyoen
Shinjuku Gyoen est un vaste parc situé à l'ouest de Tokyo, entre les gares de Shinkuju et Sendagaya. Anciennement résidence de la famille Naito, il est aujourd'hui très prisé des touristes et Tokyoïtes. Il se compose de trois jardins de style japonais, anglais et français, et compte également 1.500 cerisiers magnifiquement fleuris au printemps.
Ils se déclinent en trois sortes de sakura, pour une floraison variée au début du printemps. Plus tôt, ce sont les pruniers japonais qui leur préparent le terrain, permettant aux visiteurs de début mars d’apprécier un spectacle parfois confondu avec ohanami.
L’entrée que j’ai prise (la porte Shinjuku, voir le plan plus bas)donnait sur la partie du jardin rappelant les grands parcs anglais, leurs vastes pelouses.

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Proche de l’entrée se trouvent les serres chaudes et leur végétation subtropicale. malheureusement je suis arrivée à 15 h croyant avoir deux heures devant moi, mais les serres fermaient… à 15 h et dès 16 h les hauts parleurs rappellent  les visiteurs vers les sorties car le parc ferme à 17 h ! donc je l’ai parcouru au galop en une heure, et je n’ai pu que mettre un pied à l’entrée des serres avant qu’un jardinier arrive en vitesse me faire sortir !

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Et là j’ai rétrogradé en vitesse !!

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Près d’un beau parterre de fleurs les deux jamaïcaines qui m’ont demandé de les prendre !

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Partie dite « à la française »créé fin XIXe par le paysagiste Henri Martinet, intendant des jardins de Versailles.

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Dans ce parc se trouvent de vastes pièces d’eau, et des étangs que l’on peut voir sur le plan ci-dessous :

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Le bosquet des cerisiers, et les azalées. malheureusement, les cerisiers n’étaient pas en fleur (nous étions en octobre) mais pas encore rouge non plus et les azalées défleuries depuis longtemps…

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Les cèdres de l’Himalaya au début de la partie japonaise du jardin :

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

l’endroit où l’on peut boire du thé… si on s’y prend plus à l’avance que moi !

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

La partie jardin japonais comporte des étangs, des îles et des ponts, ainsi que des pavillons dont le Kyu Goryotei (appelé aussi le pavillon de Taiwan) construit à l’occasion du mariage de l’empereur Showa.

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Je crois bien que je suis sortie la dernière !! Il était 17 h pile et je n’ai vraiment pas pu apprécier ce jardin comme il le mérite. En retournant vers la gare de Shinjuku le soir tombait et les enseignes lumineuses s’allumaient, spectacle caractéristique de ce quartier !

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Façade traditionnelle d’un restaurant :

Shinjuku,gyoen,jardin,impérial

Je suis toujours en admiration devant les plats factices en résine moulée tellement criants de vérité qui ornent les vitrines des restaurants !

Shinjuku

Shinjuku

Et ça… Eh bien je ne sais pas ce que c’est !!

Shinjuku

J’adore le quartier de Shinjuku !