Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;} Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;}

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2017

Voyage en Guyane : Cayenne

En 2014 je suis allée passer deux semaines en Guyane, dans a famille de mon beau-frère. Nous étions dans le village de Stoupan, sur les hauteurs, à quelques kilomètres de Cayenne.
Ce que j’avais hâte voir, c’est la forêt équatoriale ! J’habite un pays avec une très belle futaie de feuillus, mais rien à voir avec le mur vert à l’aspect impénétrable ici :

Guyane, Cayenne,

 

Guyane, Cayenne,

Guyane, Cayenne,

Cette végétation est présente partout, le long des routes, là en allant à Cayenne :

Guyane, Cayenne,

Guyane, Cayenne,

Le ciel plombé est à peu près constant, il pleut très souvent et sans prévenir, une vraie douche, sur le toit de la varangue c’est un vacarme, on ne s’entend plus…
Quelques fleurs le long de la route mais on ne peut pas dire qu’il y en ait beaucoup, ici, c’est l’arbre qui est roi.

Guyane, Cayenne,

Guyane, Cayenne,

Nous arrivons à Cayenne, capitale de la Guyane, située aux bords de l'estuaire commun à la rivière de Cayenne et à la rivière de Montsinéry. La ville occupe une partie de l'île de Cayenne.
Beaucoup de maisons sont à bardeaux de bois et à persiennes dans le style colonial et le rude climat équatorial (90% d’humidité et une température moyenne de 28°-30°) fait que tout s’abime vite et se décrépit.

Guyane, Cayenne,

Guyane, Cayenne,

Guyane, Cayenne,

Guyane, Cayenne,

Guyane, Cayenne,

Wikipedia :
La cathédrale Saint-Sauveur est un édifice religieux de la ville de Cayenne en Guyane. Elle a été inscrite monument historique dans sa totalité par arrêté du 9 décembre 1992 ; le clocher et le porche ont été classés par arrêté du 9 mars 1999. Ces deux arrêtés étant remplacés par un classement de l'église en totalité le 29 octobre 20121. C'est l'église cathédrale du diocèse de Cayenne. Elle est dédiée au saint Sauveur (Jésus-Christ).

Guyane, Cayenne,

La forêt regorge de bois précieux : acajou, bois de violette,le bois de rose, l’amarante, etc, car il y a 400 espèces d’arbres de bois précieux répertoriés en Guyane. l’artisanat local en fait de beaux objets :

Guyane, Cayenne,

Une cour intérieure :

Guyane, Cayenne,

le palais de Justice :

Guyane, Cayenne,

La « Palmiste » ou place des Palmistes, autour de laquelle s’ordonne les bâtiments administratifs avec le monument à Félix Eboué( 26 décembre 1884 - 17 mai 1944)

Guyane, Cayenne,

Petit-fils d'esclave, né à Cayenne, en Guyane, Félix Éboué devient administrateur colonial après une formation juridique. Il est nommé gouverneur de la Guadeloupe par le gouvernement du Front populaire. C'est le premier Noir dans cette fonction.
Il est gouverneur du Tchad en 1940, et il est le seul gouverneur colonial à répondre à l’appel du Général de Gaulle faisant du Tchad le lieu d’où les forces Françaises Libres peuvent entamer leur contre-offensive vers la métropole.
https://www.herodote.net/Bio/eboue-biographie-yWJvdek=.php

Guyane, Cayenne,

La mairie :

Guyane, Cayenne,

Guyane, Cayenne,

La préfecture:

Guyane, Cayenne,

Guyane, Cayenne,

Ficus centenaires :

Guyane, Cayenne,

La gendarmerie :

Guyane, Cayenne,

La grande rue, avenue général de Gaulle :

Guyane, Cayenne,

Guyane, Cayenne,

En Guyane, les rivières sont des fleuves et les fleuves de mers par leur taille impressionnante ! L’embouchure de la Cayenne et de la Montsinéry :

Guyane, Cayenne,

La mangrove, cette zone fluctuante où mer et terre se confondent, milieu de faune et de flore particulières…

Guyane, Cayenne,

Guyane, Cayenne,

Guyane, Cayenne,mangrove

 

 Les gros-yeux, poissons emblématiques de côtes de Guyane : vivipare, osseux, à respiration amphibie (ils peuvent sortir de l’eau et aller sur la terre ferme grâce à leurs nageoires pectorales ossifiées qui leur font des « pattes ». )

 

Guyane, Cayenne,mangrove

Malheureusement je n’en ai pas vu en train de marcher ! De plus leurs yeux peuvent voir en même temps dans l’eau et dans l’air ! Celui qui a le dos bombé dans le fond doit être une femelle pleine.

Guyane, Cayenne,mangrove

On ne peut finir la visite de Cayenne sans le monument à la gloire de Victor Schoelcher, l’homme à l’origine de l’abolition définitive (après une première tentative sous la Révolution annulée par Napoléon) de l’esclavage.

Guyane, Cayenne,Schoelcher

Guyane, Cayenne,Schoelcher

 

 

25/12/2016

2013 : Le Sanjusangendo.

Je voulais vraiment visiter ce temple, d’abord parce qu’on en parle dans « la pierre et le sabre », le beau roman de Eiji Yoshikawa, mon premier pas dans la littérature japonaise, et surtout  parce que le hall des mille Kanon me donnait très envie ! Mais ce temple est le comble de la frustration, car il y est strictement interdit d’y faire des photos ! Enfin pas à l’extérieur, mais rien à l’intérieur !

Sanjusangendo, Kyoto

Ce bâtiment de bois de 120 m de long est tout à fait impressionnant !
Kanpaï :
Il existe d'innombrables temples dans la capitale historique du Kansai, sur lesquels nous nous attardons régulièrement sur Kanpai et dont beaucoup valent le détour. Dans cette masse, le Sanjusangendo sonne parfois comme un oublié, peut-être parce que son cœur et son âme, autrement dit la salle des statues, n'autorise aucun visiteur à prendre de photos ou de vidéos. Pourtant, il s'agit sans doute d'une des plus belles pièces qu'un visiteur même néophyte puisse avoir l'opportunité d’admirer.

Sanjusangendo, Kyoto

Ce serait sur ce perron que Miyamoto Musashi rencontra ( et élimina) Yoshioka Denshishiro.

Sanjusangendo, Kyoto

Sanjusangendo, Kyoto

Ce personnage est une vraie légende au Japon mais il a bien sûr existé, j’ai vu son autoportrait au Sanjusangendo (photo de Wikipedia)

Sanjusangendo, Kyoto, Miyamoto Musashi

Beaucoup moins glamour que dans le très beau manga « vagabond » de Takehiko Inoue inspiré du roman de Yoshikawa.

Sanjusangendo, Kyoto, Miyamoto Musashi

Après cette digression romanesque, retour au temple ! Cette galerie mène à l’endroit où il faut se déchausser et laisser l’appareil photo !

Sanjusangendo, Kyoto

Mais il y avait une telle réelle ferveur dans cette immense salle silencieuse, dans la pénombre et l’odeur de l’encens, avec seulement le murmure d’un prêtre récitant un sutra aux fidèles groupés autour de lui les mains jointe que je n'ai pas vraiment envie de prendre une photo ! Donc les images qui suivent sont celles « officielles » qu’on trouve sur internet :

Sanjusangendo, Kyoto

Kanpaï :
Car le trésor préservé du temple "aux 33 intervalles" (sanju : 30, san :  3)est une collection de 1.001 statues de Kannon, la déesse(boddhisatva) bouddhique de la compassion. De part et d'autre d'une sublime et gigantesque représentation de Senju Kannon (aux mille bras et onze têtes), dix rangées de cinq-cents statues à échelle humaine gardent les lieux. À chaque intervalle, une représentation en bronze d'une autre déité vient accueillir majestueusement les visiteurs qui, hagards, admirent la sérénité qui se dégage de l'ensemble dans un parfum d’encens.

Sanjusangendo, Kyoto

Vivre le Japon :
Construit en 1164 et reconstruit à l’identique un siècle plus tard, le refuge de Kannon, bodhisattva de la compassion, est demeuré intact. Le Sanjûsangendô accueille une grande statue de la déesse ainsi que mille autres représentations de bois recouvertes à la feuille d’or et autres Bouddhas de pierre.

Sanjusangendo, Kyoto

Sanjusangendo, Kyoto

Sanjusangendo, Kyoto

J’ai rapporté ce petit « autel » comme souvenir, me mettant ainsi sous la protection de Kannon, enfin c’est qu’on m’a assuré !

Sanjusangendo, Kyoto

Sanjusangendo, Kyoto

A l’extérieur, je croise un groupe d’étudiants :

Sanjusangendo, Kyoto

Sanjusangendo, Kyoto, Miyamoto Musashi

Ils sont assis à côté d’une pierre commémorative :

Sanjusangendo, Kyoto

Sanjusangendo, Kyoto

Bien sûr il y un jardin :

Sanjusangendo, Kyoto

Sanjusangendo, Kyoto

Sanjusangendo, Kyoto, Miyamoto Musashi

Presque en face du Sanjusangendo se trouve le Musée de Kyoto, mais il est fermé pour travaux malheureusement ! L’amusant, c’est que j’y suis revenue en 2015… et qu’il était encore fermé pour réorganisation des collections ! Peut-être à la troisième fois ??

Ici se termine mon voyage au Japon de 2013, magnifique toujours grâce à ALJ !

23/12/2016

2013, le Tofuku-ji

Je suis partie gaillardement un matin pour voir le temple Tofuku-ji dont on m’avait dit grand bien ! Ce que j’ignorais, c’est que le temple en question est un vaste complexe de bâtiments divers lui-même situé dans un environnement où on ne compte plus les temples…

Tofuku-ji,Kyoto

J’ai demandé (de mon mieux)  plusieurs fois à des passants qui ont dû me prendre pour une cinglée parce que j’y étais en fait  ! Les inconvénients et les plaisirs de se balader seule sans guide !
Temples du quartier :

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

« vivre le Japon »

L’intérêt principal du temple réside dans son grand portail, la porte Sammon, classé trésor national japonais depuis 1952, impressionnant de par sa taille et qu’il est agréable de traverser, après avoir emprunté un pont enjambant la rivière toute proche.

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Je ne suis pas d’accord avec « l’intérêt principal » peut-être parce que je n’ai trouvé la fameuse porte qu’à la fin de ma balade et de l’intérieur (je suis entrée par une autre porte beaucoup moins impressionnante, trop contente d’en avoir trouvé une).
Non, ce qui m’a vraiment charmée, ce sont tous ces arbres, cette mousse, ce pont couvert en bois au dessus d’un ravin où court un ruisseau et empli d’érables, le tsutenkyo(pont du paradis) :

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Malheureusement (ou pas) bien qu’on soit fin octobre tout est désespérément vert, pas l’ombre d’un momiji rouge, (grâce à quoi il n'y a pas de touristes...) mais on peut toujours aller voir sur internet :

Tofuku-ji,Kyoto

Vivre le Japon :
Ces érables importés de Chine par le fondateur du Tofukuji, SHOICHI Kokushi (1202-1280), se parent de couleurs rougeoyantes qui donnent l’impression que le paysage entier s’est embrasé.
Les observer depuis le pont de bois Tsutenkyo qui s’enfonce dans les feuillages constitue une immersion qui mérite de supporter les centaines de touristes venus de tout le Japon pour admirer le spectacle au crépuscule.

Tofuku-ji,Kyoto

 

 

Au bout du pont, un escalier , une porte et un beau bâtiment et son jardin, mi jardin sec, mi jardin autour d’une pièce d’eau,le temple zen kaisan-do :

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Wikipedia : (pas vérifié les dates ! c’est le nombre de fois qui compte !)
Le Tōfuku-ji fut de nombreuses fois détruit, notamment en 1319, en 1334 et en 1881. Il fut partiellement reconstruit en 1347, après les incendies de 1319 et de 1334 et un certain nombre de dirigeants politiques (Fujiwara, Ashikaga, Toyotomi Hideyoshi, Ieyasu Tokugawa...) y firent construire de nouveaux bâtiments par la suite.

Le hojo, il faut payer une autre entrée, mais ça vaut vraiment vraiment le coup ! Il a fallu se déchausser, mais il y avait même un parquet-rossignol !

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Ce bâtiment est entouré de quatre jardins secs (sable et mousse)aux quatre points cardinaux  qui sont de facture moderne (première moitié du XXème siècle)  ce qui est remarquable, conçus par Mirei Shigemori, .

http://www.lintermede.com/dossier-carnet-japonais-tofukuj...

L'imposant jardin du Sud est celui qui frappe en premier la vue et l'esprit. …. D'immenses pierres reposent là, allongées sur un tapis de graviers blancs tourbillonnants, ratissés avec soin, semblables à des îles dont le rivage ondulerait sous la houle. ….Plus à l'ouest se dessinent cinq buttes de mousse, symbolisant les cinq temples sacrés de la secte bouddiste Rinzai, à laquelle le Tofukuji appartient. …Car chaque composant d'un jardin zen traditionnel représente un élément naturel : les graviers pour l'eau, la mousse pour la terre, les rochers pour des îles, des montagnes - souvent des lieux lointains décrits dans la mythologie bouddhiste - ou des animaux.

Tofuku-ji,Kyoto

L'avant-gardisme de l'artiste se dévoile dans le jardin du Nord. Sur la mousse vert tendre et profond reposent des dalles blanches carrées, provenant des fondations de la porte du Hojo, disposées en échiquier irrégulier dont le motif s'espace alors que le regard se déplace plus à l'est.
…. Le contraste entre la mousse délicate et brillante et les pierres rugueuses et identiques crée une rupture avec les conventions, mais l'harmonie qui s'en dégage, notamment grâce au mur végétal fait de buissons ronds et de feuillage rougeoyant en automne, demeure intacte.

Tofuku-ji,Kyoto

Rupture dans les matériaux choisis que l'on peut également observer dans le jardin de l'Est, composé de sept piliers anciennement employés comme fondations du temple. Disposés sur un parterre de graviers ratissés, ils forment la constellation de la Grande Ourse. Fondamentale dans l'astrologie bouddhiste, elle est au centre de rituels pour prévenir les catastrophes et assurer longévité et bonne santé. La constellation était également utilisée, avant les signes du zodiac, pour prédire l'avenir d'une personne, basé sur l'étoile qui dominait les six autres au moment de sa naissance.

Tofuku-ji,Kyoto

Dans le jardin de l’Ouest, des buissons d'azalées taillés en carré, plantés le long de tapis de graviers, eux-mêmes carrés, reflètent une ancienne manière de diviser la terre entre paysans et aristocrates en Chine, entre le IXe siècle et le IIIe siècle avant Jésus Christ. … La symétrie et les formes géométriques qui ressortent de ce jardin qui, de plus, se colore de fuchsia au printemps, témoignent une nouvelle fois de la rupture de Shigemori avec les traditions du passé tout en gardant un thème fort qui rend hommage à l'Empire de Chine, dont l'influence sur la société japonaise est de nos jours encore visible.

Tofuku-ji,Kyoto

Comme très souvent, le temple recèle un sanctuaire shintô. L'allée de torii, comme autant de porte vers un ailleurs incite à les franchir et à monter les marches...

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

J’arrive au bout de ma longue balade, en fait près de la fameuse grande porte, et je découvre le bassin aux  nénuphars :

Tofuku-ji,Kyoto

En retournant vers la gare j’entre dans le temple Taïko-an qui dépend du Tofuku-ji :

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

Tofuku-ji,Kyoto

l'après-midi je suis allée au Sanjusangendo, qui sera l'objet de la dernière note de 2013 !