Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;} Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;}

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poupée volée, Elena Ferrante

poupée,volée,elena,ferrante

Il faut rappeler ici le titre italien : « la figlia oscura » qui, d’après Google signifie « la fille noire », je préfèrerais le mot français d’ « obscur » qui conviendrait très bien à Leda !

51KrWDKeBxL._SX195_.jpg

Je viens de lire « poupée volée » d’Elena Ferrante.

On ne peut s’empêcher de penser à sa fameuse quadrilogie « l’amie prodigieuse », d’autant plus que la narration est à la première personne, et que la narratrice ressemble énormément à celle de la quadrilogie, on a ici Leda et Nina en lieu et place d’Elena et Lila !
Une fois de plus je ne peux que reconnaître le grand talent d’écriture d’Elena Ferrante, même si une fois de plus, je n’ai pas su m'impliquer dans son histoire, ni ressentir la moindre empathie pour son personnage.

Leda est une universitaire divorcée. Ses deux filles (adultes) sont au Canada avec leur père. Elle décide de prendre des vacances au bord de la mer. Elle y croise une famille napolitaine, et se sent attirée et même fascinée par la jeune Nina et sa petite fille. La mère et l'enfant sont inséparables et cela renvoie constamment Leda à sa maternité, ses rapports difficiles avec ses filles.

L’enfant possède une poupée qu’elle adore, et un beau jour Leda la vole…
Le roman est très introspectif, et les bas-fonds de l’âme de Leda ne la rendent pas vraiment sympathique. C’est écrit au scalpel, le vision de Leda sur elle-même est crue, sans concession, j’ai eu l’impression que c’était bien plus un bilan froid et indifférent d’elle-même qu’une remise en question ou une tentative de compréhension de soi.

Au final, si le livre est très accrocheur par le style et les questions qu’il amène à se poser sur le pourquoi des actes de Leda, il m’a laissé une impression de malaise comme une plongée dans un esprit absent de toute d’empathie, comme la découverte de ce qui se cache derrière le masque d’une femme apparemment sans histoire. Il faut rappeler ici le titre italien : « la figlia oscura » qui, d’après Google signifie « la fille noire », je préfèrerais le mot français d’ « obscur » qui conviendrait très bien à Leda !

Écrire un commentaire

Optionnel