Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;} Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;}

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

My liberation notes, où on comprend que les prisons intérieures sont les pires...

Drama, société, entreprises, famille, alcoolisme, recherche de soi

La fratrie, et l'élément étranger qui va les révéler à eux-mêmes...

Drama, société, entreprises, famille, alcoolisme, recherche de soi

My liberation notes

Profile
Drama: My Liberation Notes (English title) / My Liberation Diary (literal title)
Revised romanization: Naui Haebangilji
Hangul: 나의 해방일지
Director: Kim Suk-Yoon : L’excellent « Law school »
Writer: Park Hae-Young : L’excellentissime « My Mister »
Network: JTBC
Episodes: 16
Release Date: April 9 - May 29, 2022
Runtime: Saturday & Sunday 22:30
Language: Korean
Country: South Korea

Netflix

Distribution :

Drama, société, entreprises, famille, alcoolisme, recherche de soi

Kim Jin Won (Yeom Mi Jeong) vue dans Lovestruck in the city, Mr.Sunshine, Descendants of the sun, Gapdong…

Drama, société, entreprises, famille, alcoolisme, recherche de soi

Lee Min Ki (son frère, Yom Chang Hee) vu dans plusieurs dramas, dont The beauty inside, Because it is my first life, Hôtel King, The lies within, Dal Ja's spring…
 

Drama, société, entreprises, famille, alcoolisme, recherche de soi


Lee El (la sœur aînée Yom Gi Jeong) vu dans le film Man on high heels, et les dramas Korean odyssey, Black, It’s OK, this is love, The princess’ man…

Drama, société, entreprises, famille, alcoolisme, recherche de soi

Cheon Ho Jin(le père, mutique mais bien présent, Yom Je Ho) très souvent vu, dans, entre autres, Six flying dragons, Beyond evil, Life, Man to man, Chicago typewriter, Two weeks, Good doctors, etc, etc… 

Drama, société, entreprises, famille, alcoolisme, recherche de soi

Son Suk Ku (Mr. Gu) vu dans Designated survivor : 60 jours, D.P, Jirisan… 

Drama, société, entreprises, famille, alcoolisme, recherche de soi

Lee Ki Woo (Cho Tae Hun, Club de la Libération) vu dans Rain or shine, Memory, Flowerboy ramyeon shop,

Drama, société, entreprises, famille, alcoolisme, recherche de soi

Park Soo Young (Park Sing Min, Club de la Libération) vu dans Hyèna, Doctor Prisoner, Mr.Sunshine, My mister, Bad guys-vile city, Uncotrollably fond, Pinocchio, Heartless city… 


Synopsis :

La famille Yeom vit dans la campagne aux alentours de Séoul, où travaillent les 3 enfants trentenaires. Les problèmes de temps dans les transports sont très souvent évoqués, ils rendent palpable l’isolement et le décalage de vie entre les enfants et les parents. Ceux-ci exploitent des terres agricoles, et le père, en même temps est artisan menuisier. Un homme est arrivé un jour, M.Gu, dont on ne sait rien, et il est devenu l’ouvrier du père. Sa caractéristique essentielle, mis à part le mystère qui l’entoure, est la quantité astronomique d’alcool qu’il ingurgite tous les soirs après le travail, seul, dans sa maison.  Les trois enfants, M.Gu, les parents, les amis du fils, les gens qu’ils rencontrent tous à leurs différents emplois, vont construire peu à peu un univers choral aux couleurs diverses, où cependant le rose n’est pas la couleur dominante.


Ce que j’en ai pensé :

J’ai beaucoup aimé, comme le plus souvent ce que j’appelle (avec humour !) les dramas dépressifs, mon étalon de mesure étant l’excellentissime « My mister ».

My liberation notes souffre un peu, à mes yeux, d’une difficulté de départ à mettre les choses en place, particulièrement concernant la fille aînée dont j’ai eu un peu de mal à comprendre les motivations ! Il est clair que leur vie, à chacun des trois, ne leur convient pas, et qu’ils cherchent chacun à leur façon comment se sortir de ce marasme qui est plus dans leur tête que dans la réalité quotidienne. Il va se passer quelques évènements qui vont cristalliser ce désir de se libérer de ces chaînes invisibles ! 
L’obstination de l’entreprise où travaille Yom Mi Jong, à vouloir lui faire intégrer un club, matérialise ce pouvoir extérieur écrasant ! La rencontre des deux seuls autres personnes dans son cas sera le départ d’une démarche de libération !  En passant, si les entreprises coréennes sont réellement comme ça, obligeant leurs employés à pratiquer un hobby en dehors du travail, mais dans le cadre de clubs gérés par l’entreprise, c’est tout simplement horrible ! Et ce qui l’est plus encore c’est que tout le monde l’accepte comme la normalité, tout le monde, non… sauf trois irréductibles ! 

Le fil rouge de l’histoire est la relation qui va s’instaurer entre M.Gu et Mi Jeong, relation très différente des romances dramaesques  habituelles, et au travers de laquelle on va découvrir qui est réellement cet homme mystérieux ! 
Comme toujours on entrevoit le rôle de la famille, des parents, ou des fratries, souvent tyranniques, mais parfois aussi généreuses et ouvertes (la mère de la famille Yeom…) Le caractère original de la sœur aînée donne lieu à des situations à la fois cocasses et touchantes par leur maladresse… Le fils, son ambition est d’avoir une voiture, et sa joie délirante quand on lui en prête une, luxueuse, et encore une fois très drôle et aussi émouvante ! 

Il faut se laisser prendre par l’ambiance, l’atmosphère du drama, à la fois banale et très spéciale par les personnages très intelligemment écrits qui, dans des situations triviales ont des réactions personnelles particulières et fortes. 
Le drama est soutenu donc par son écriture, sa réalisation classique mais intelligente et précise, mais surtout par un casting génial ! 
J’ai adoré voir Lee Min Ki oublier le héros romantique pour un très beau personnage à contre-emploi, dans lequel il donne toute la mesure de son grand talent ! Celui qui soutient aussi tout le drama, c’est sans conteste Son Suk Ku (M.Gu) qui joue magnifiquement de son mystère et de l’ambiguïté de ce héros souvent négatif, mais fascinant, et dont l’impact sur chacun sera déterminant ! 
Kim Ji Won lui donne parfaitement la réplique et sait, elle aussi, nous faire ressentir ses doutes, ses interrogations et sa recherche d’une liberté intérieure. 
Le reste la distribution est à l’avenant : Lee El, la sœur aînée dont parfois on se dit qu’elle est un peu fêlée, le père, Cheon Ho Jin, qui ne dit pas plus de 10 phrases mais dont la présence soutenue par sa longue expérience est puissante, les amis du fils, les collègues de travail, et particulièrement Li Ki Woo, que je n’avais croisé que dans des personnages fort antipathiques, incarne ici un père veuf aux prises avec une ado en pleine période de puberté avec beaucoup de délicatesse et de finesse. 

Je ne peux pas dire grand chose de l’OST, ce qui signifie que pour moi elle est parfaite du moment que je ne m’en souviens pas !
La fin ? Ouverte et sans une once de guimauve ou de fleur bleue, il n’y a ni résilience miraculeuse ni rédemption mélodramatique, mais la sensation que tous ont enfin trouvé leur place ! 

Je conseille fortement ce drama, à ranger dans la catégorie des « Misaeng », « My mister », « the third charm » ou « Reply 88 » ! 

 

 

Écrire un commentaire

Optionnel