Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;} Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;}

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16e Festival du Film Coréen, J 3 : Homeless, la tragédie ordinaire du chômage et de la quête d'un toit...

cinéma,coréen, festival, pauvreté, sans abri,famille, squatter,...

Homeless


Movie: Homeless
Pays: Corée du Sud 
Date de sortie: mai 28, 2020
Durée: 1 hr. 23 min.
Classification du contenu: 13+ - Adolescents de 13 ans ou plus
Réalisateur :  Seung-hyeun LIM 
Scénariste :  Seung-hyeun LIM 
C’est son premier long métrage

DISRIBUTION :

cinéma,coréen, festival, pauvreté, sans abri,famille, squatter,...

Jeon Bong Seok : Han Gyeol rien fait d’autre

cinéma,coréen, festival, pauvreté, sans abri,famille, squatter,...

Park Jeong Yeon, Go Woon : rien non plus

cinéma,coréen, festival, pauvreté, sans abri,famille, squatter,...

Jang Un Whee :  vu dans Miseang, Secret love affair

SYNOPSIS

Go‑woon, Han‑gyeol et leur nouveau‑né Woo‑rim sont à la rue à la suite d’une escroquerie qui leur a mangé toutes leurs économies. Enchaînant sans fin les petits boulots pour s’en sortir, ils dorment dans des saunas, des hôtels miteux, des salles de jeux, n’importe où. Alors quand la vieille dame chez qui Han‑gyeol fait régulièrement des livraisons quitte sa maison pour un mois, la jeune famille y pose ses valises et y accroche ses espoirs d'une vie meilleure.

Ce que j’en ai pensé

C’est un film qui prend au cœur, sans bruit et sans grands effets, par le seul pouvoir de la relation simple des faits de la vie difficile d’une certaine catégorie de personnes, ceux qui se battent sans espoir contre la pauvreté et qui sont amenés à faire de drôles de choix dans le seul but de survivre.
La comparaison facile avec le fameux « Parasite » ne devrait pas enlever à ce film son originalité ! Ce jeune père qui tente désespérément de trouver un toit à sa femme et son bébé est poussé malgré lui vers un choix plutôt extrême, mais peut-on parler de choix ? La tentative de ce couple de conserver un minimum de morale, de respect en dépit des évènements est très touchante. 
Les acteurs sont très bons, pratiquant un jeu sobre, simple, et très juste. 
Le film ne se conclut pas, rien n’est assuré dans l’avenir de ce couple, nous n’avons assisté qu’à une étape de leur vie, un lieu pour se poser pour l’instant, mais rien n’est annoncé pour l’avenir…
Cette tendance à la fin d’un film totalement ouverte, je l’ai constatée plusieurs fois au cours de ce festival, cela ajoute à la sensation de réalisme documentaire et efface un peu plus le côté anecdotique d’une dramaturgie qui suppose une fin conclusive. Personnellement j’aime assez ça, quand je me suis attachée aux personnages il me plaît de poursuivre un instant leur histoire à mon gré ! 

En conclusion, ce film est une fois de plus une peinture assez cruelle de la société coréenne, mais je suppose que ça pourrait aussi se produire dans n’importe quelle population pauvre de n’importe quel société oùles pauvres doivent se débrouiller seuls pour survivre... … 

 

Commentaires

  • Amer.... Mais hélas, une grande partie de la jeunesse mondiale ne vit pas dans des conditions normales pour des tas de raisons et ce constat est vraiment affolant... D'aucun pourrait fite que cette histoire est immorale mais la lutte pour ce qui s'appelle la survie est difficile à juger. C'est un des films du Festival qui m'a accrochée...

  • merci Madeline, de ce commentaire !! ça fait toujours plaisir !

Écrire un commentaire

Optionnel