Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;} Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;}

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16e Festival du Film Coréen, J 2 : Moving on, partir pour des vacances chez Papa...ça peut cacher bien des choses

cinéma,coréen,famille, déménagement, grand âge, chômage...

Ils viennent chez le grand-père pour les vacances...mais cela n'est peut-être quen façade...

cinéma,coréen,famille, déménagement, grand âge, chômage...

Moving on

Profile
Movie: Moving On (English title) / Summer Night of Brother And Sister (literal title) 
Revised romanization: Nammaeui Yeoreumbam 
Hangul: 남매의 여름밤 
Director: Yoon Dan-Bi C’est une jeune femme de 30 ans, c’est son premier film;
Writer: Yoon Dan-Bi 
Producer: 
Cinematographer: 
Release Date: August 20, 2020 
Runtime: 104 min. 
Distributor: Green Narae Media 
Language: Korean 
Country: South Korea 

DISTRIBUTION :

cinéma,coréen,famille, déménagement, grand âge, chômage...

Choi Jung-Woon - Ok-Joo C'est son 1er rôle, elle a 20 ans et elle a un sacré potentiel !

cinéma,coréen,famille, déménagement, grand âge, chômage...


Yang Heung-Joo - Le père - A fait quelques autres films, je n'en ai vu aucun.

cinéma,coréen,famille, déménagement, grand âge, chômage...

Park Hyun-Young - La tante -  vue dans le film « Memories of murder » de Bong Joon Ho

cinéma,coréen,famille, déménagement, grand âge, chômage...


Park Seung-Joon - Dong-Joo - C'est le plus jeune de tous,  mais a participé à plein de dramas dont « six flying dragons » « Scholar who walks the night" " dear my friends » « Fight for my way » « Live up to your name » »Live » « Crash-landing on you »

SINOPSYS :(Festival du Film Coréen

Okju, son petit frère Dongju et leur père emménagent chez leur grand-père à la fin de l’année scolaire. Les visites de la tante des enfants se font de plus en plus fréquentes et elle vient finalement, à son tour, s’installer dans la maison familiale. Au fil de l’été, enfants et petits‑enfants doivent prendre des décisions difficiles pour l’avenir de la famille.


Ce que j’en ai pensé

Comme l'arôme d'un bon vin, c’est un film qui reste longtemps en bouche, car à travers une histoire banale affleurent des drames cachés, et la mise en question de la survie d’une famille. Chaque avancée résonne de plus en plus dans le cœur ou la mémoire du spectateur qui a forcément vécu ou croisé l’une ou l’autre de ces situations : perte d’emploi, nécessité de se loger, maladie du grand âge…

La réalisatrice procède par touches impressionnistes tout en délicatesse et suggestion, rien n’est appuyé, et pourtant les portraits d’une adolescente difficile, ou d’un jeune garçon encore loin des réalités, sont d’une grande justesse, et brossés en quelques scènes d’une belle vérité.

La maison du grand-père, où la famille vient pour des vacances (mais est-ce la vraie raison ?) est le centre de l’histoire, et le film se construit en différentes cellules : le salon, la terrasse, la chambre de la jeune fille qu’elle défend comme son territoire privé… Toutes les séquences s’ajoutent, construisant l’histoire de la famille, histoire banale mais si émouvante par sa banalité même…

La réalisatrice laisse le film totalement ouvert, je me souviens qu’en sortant nous discutions et que chaque personne avait sa propre conclusion, toutes vraisemblables, et qui en révélaient plus sur nous que sur les personnages, tant le film avait su susciter notre empathie… 
En final, je l’ai beaucoup aimé, sa démonstration tranquille, sa justesse de vue et sa compréhension profonde des problèmes universels inhérents à toute famille humaine… 

Écrire un commentaire

Optionnel