Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;} Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;}

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Woman, une drama japonais autour de trois femmes et de leurs liens familiaux, recréés au delà de la douleur du deuil.

drama, japon, famille, deuil, mère, enfants

Elle se retrouve seule, obligée de revoir la mère qui l'a abandonnée 20 ans plus tôt...

drama, japon, famille, deuil, mère, enfants

Profile
Drama: Woman: My Life for My Children (English title) 
Romaji: Woman 
Japanese: Woman 
Director: Nobuo Mizuta, Jun Aizawa 
Writer: Yuji Sakamoto Quartet, Soredemo,ikite yuku
Network: NTV 
Episodes: 11 
Release Date: July 3 - September 11, 2013 
Runtime: Wednesday 22:00- 22:54 
Language: Japanese 
Country: Japan 

Distribution

drama, japon, famille, deuil, mère, enfants

MITSUSHIMA Hikari (AOYAGI Koharu) vue dans Bloody monday 2, Tsuki no koibito, Soredemo ikite yuku, Wakamono tachi, Quartet

drama, japon, famille, deuil, mère, enfants

TANAKA Yuko (UESUGI Sachi, )vue dans Shinya shokudo(le film) …

drama, japon, famille, deuil, mère, enfants

OGURI Shun (AOYAGI Shin) vu dans trop de choses, depuis HYD jusque’à Seven souls in the skull castle… 

drama, japon, famille, deuil, mère, enfants

KOBAYASHI Kaoru( UESUGI Kentaro) vu dans le Master de Shinya shokudo, … 

drama, japon, famille, deuil, mère, enfants

NIKAIDO Fumi(UESUGI Shiori) vue dans Atami no sousakan,

drama, japon, famille, deuil, mère, enfants

TAKAHASHI Issey (   vu dans les films « the taste of tea », « Kill Bill : vol. 1", et les dramas Ikebukuro west gate park, Hero 2001, Strategist Kanbe, Nobunaga concerto, Quartet, …

drama, japon, famille, deuil, mère, enfants

SUZUKI Rio (AOYAGI Nozomi)   vue dans Yae no sakura, Yorozu, fortunetelling shop, Never let me go,…

drama, japon, famille, deuil, mère, enfants

 

TAKAHASHI Rei (AOYAGI Riku

Synopsis :

Koharu a perdu son mari Shin dans un accident. Le couple était heureux, mais elle doit continuer pour ses deux enfants Nozomi et Riku. Koharu travaille dur pour gagner sa vie, mais sa situation financière s’aggrave, et sa santé en pâtit. Elle se rend au bureau de l’aide sociale pour demander du secours. On le lui refuse, car elle ne satisfait pas à certains critères.  
Une employée  lui demande si elle a de la famille qui pourrait la soutenir, mais elle dit que non. Son père est décédé et sa mère Sachi l'a abandonnée avec son père pour un autre homme il y a vingt ans. Elle ne l’a jamais revue depuis. Un employé du bureau d'aide sociale contacte alors Sachi. Celle-ci fait savoir qu'elle soutiendra Koharu, réponse qui la stupéfie. Après vingt ans, Koharu finit par décider de revoir sa mère. 

Ce que j’en ai pensé : 

Je l’ai vu parce que ma team le traduisait, parce que j’étais tombée sous le charme de Mitsushima Hikari dans Soredemo (j’en parlerai un autre jour) et par dessus tout pour la présence d’Oguri Shun, bien que selon son habitude il ne fasse qu’un rôle secondaire, ce qu’il préfère, dit-il. 
J’ai adoré ce drama, qui sait parfaitement en 11 épisodes de 45 mn mettre en place une peinture sans fard de la condition féminine au Japon (elle n’est pas rose !) et surtout du sort réservé aux familles monoparentales. Pourquoi accorder une aide à Koharu, alors qu’elle a une mère ? Elle ne l’a pas vue depuis 20 ans, elle a été abandonnée, qu’à cela ne tienne ! Elle doit s’occuper de sa fille !

Ce drama montre comment on comprend les liens familiaux au Japon : une mère peut partir en abandonnant sa fille mais elle doit s’en occuper 20 ans plus tard ! Une fois de plus, un drama japonais montre la différence fondamentale du traitement du divorce : le droit de visite, la garde partagée, il semble bien que ça n’existe pas ! En général la mère embarque l’enfant et le père disparaît de sa vie, ça qui cause de nombreux drames et suicides de pères au Japon ! 

Mais revenons au drama. Ici, on a la description du mal que Koharu a pour trouver du travail tout en s’occupant des ses très jeunes enfants… Parce que les crèches, les assistantes maternelles… ben y en a pas, ou alors il faut être riche ! Koharu a été brisée par la mort de Shin (moi aussi ^_^) mais elle se consacre à fond à ses enfants; et il faut remarquer le personnage magnifique de sa petite fille, Nozomi, qui va essayer de son mieux d’aider sa mère… 
Puis Koharu retrouve sa mère, qui est remariée et a une autre fille…

Le drama est une histoire de femmes, 3 femmes, mère, fille et jeune ado…

L’écriture du drama retranscrit magnifiquement la difficulté de reconstruire un pont par dessus les vingt ans d’absence, Le courage de la parole longtemps enfouie, le courage d'admettre ce qu'on s'était refusé de voir.

Le talent des deux actrices nous fait partager, sans mélodrame, avec pudeur et finesse, l’éveil d’un nouveau lien filial… La jeune sœur, en pleine adolescence, est difficile, rebelle et finira par se libérer de son terrible secret. Ce drama est entièrement fondé sur les liens familiaux, ceux qui rendent heureux, ceux qui blessent, ceux qui se reconstruisent, et il ouvre aussi une belle perspective sur la résilence et  la paix que peut apporter le pardon, aussi difficile soit-il. 

Je n’ai jamais plus pu entendre une cloche à vent (furin )sans revoir Koharu face à Sachi, dans un profond silence seulement rompu par les tintement légers et cristallins… 

Un drama de femmes, fort et profond, superbement interprété, on ne l’oublie plus si on l’a vu. 

 

Écrire un commentaire

Optionnel