Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;} Xt_param = 's=573309&p='; try {Xt_r = top.document.referrer;}

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2011

Soredemo, ou pourquoi j'ai enfin peint une fille !!

Pour présenter le dernier portrait que je viens de faire je voudrais parler du magnifique drama d'où je l'ai pris. c'est un drama japonais intitulé "Soredemo, ikite Yuku" ce qui signifie à peu près "pourtant, mourir pour vivre"
Deux familles, l'une porte le deuil depuis 15 ans d'une enfant de huit ans assassinée, l'autre porte la honte et la douleur d'avoir donné le jour à l'assassin, qui était à l'époque un adolescent.  Ce qui va amener ces familles à rompre le cercle infernal, à sortir de leur enfer, c'est  que l'assassin est considéré comme guéri et remis en liberté et surtout que sa sœur, Futaba, prend sur elle d'aller à la rencontre du frère de la victime, Hiroki. Un difficile cheminement va se faire pour chacun, dépasser la soif de vengeance, la haine et le remords. Un lien puissant va se nouer entre Fubata et Hiroki. Fubata va devoir accepter de voir enfin son frère tel qu'il est, Hiroki va comprendre qu'accomplir la mission de vengeance qu'il s'est donnée ne serait que vanité et amertume. Le personnage lumineux et pur de Futaba domine l'histoire de toute sa grandeur d'âme et sa profonde lucidité. Et c'est l'actrice Mitsushima Iraki qui l'incarne admirablement. C'est pourquoi, pour une fois, j'ai peint une fille !! Ce qui a provoqué l'étonnement amusé de mon professeur de peinture et de mes copines de cours d'ailleurs !!

drama, japon, soredemo, Mitsushima Ikari

Il n'y a pas de pathos dans ce drama, mais des cènes d'une force incroyable (l'affrontement de la mère de la petite et du meurtrier par exemple) et des personnages tous d'une vérité criante, d'une psychologie affinée, comme celle de l'assassin, ou des deux mères. Je rajouterai que les accords émouvants du concerto N°2 de Rachmaninoff  accompagne et soutient parfaitement l'histoire, avec une très belle chanson de générique de fin.
Il faut voir Soredemo, ikite yuku !!

Commentaires

on voit bien que cette actrice t'a touchée beaucoup!tu as su faire passer beaucoup de sentiment dans son expression;ce prtrait est splendidement poignant!

Écrit par : marie-edmee | 07/11/2011

c'est vrai qu'elle a un regard qui contient une grande tristesse, une blessure
beau travail et je partage ton point de vue sur le fait qu'on peut être émue par des femmes, nous les addictes aux hommes !!! MDR
bises

Écrit par : Françoise | 11/11/2011

Les commentaires sont fermés.